Call: Email:

Le sexe xxxx forum sexe


le sexe xxxx forum sexe

Le 18 mai Montréal est l'hôte du Forum XXX. Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici. Merci de votre participation! Travailleuses et travailleurs du sexe! Déjà des associations de créées. Va-t-on proscrire le terme prostitué comme on a banni putain et crééer des écoles pour se qualifier à cet art?

Décidément, la moralité perd des plumes! On ne sait plus à quel saint, sein? À Saïgon, les femmes prostituées sont comme au Québec; la prostitution protège du viol Défendre la prostitution, c'est ouvrir la porte à la traite des femmes et des enfants. Légaliser signifierait légitimer le travail des proxénètes. Les policiers sont les plus violents? Il est intéressant de remarquer que dans le programme du Forum XXX, on ne fait pas mention de conférences sur la traite des femmes et des enfants et sur l'emprise du crime organisé sur l'industrie du sexe.

Pourtant, il y aura des femmes de l'Inde et de la Thaïlande, des pays gravement touchés par la traite, la prostitution infantile et le tourisme sexuel. Enfin, le "plus vieux métier du monde", ce n'est pas la prostitution, c'est sans aucun doute la maternité, la chasse et la cueillette. J'ai toujours été intéressé à partager mes expériences, notamment dans le cadre d'ateliers autogérés par des garçons prostitués dont j'ai pris l'initiative en Suisse, en France, en Allemagne.

Issu du milieu squat militant de tendance anarchiste, j'ai publié des articles sur la prostitution dans la presse underground.

Dans le cadre de mes études universitaires en linguistique et littérature, je me suis spécialement intéressé aux sujets de féminisme, sexualité et identité, etc. Très déçu de la collaboration hiérarchisée avec les salariés dans de nombreux projets subventionnés surtout enmp. Mon truc c'est plutôt l'autogestion des personnes prostituées. Le Forum XXX m'intéresse fort car je pense pouvoir y trouver un autre dynamisme, celui que je n'ai pas trouvé ailleurs, afin de politiser mes activités et mon identité de prostitué.

J'avais envie de prendre le temps d'explorer cette grande ville fascinante. J'étais logé chez des membres des Panthères Roses, un groupe queer radical montréalais, qui m'ont fait découvrir les milieux alternatifs locaux. Les Panthères sont très copains-copines avec Stella et soutiennent régulièrement ses actions publiques. J'étais donc bien tombé, j'ai accroché de suite avec ces gens adorables.

A dix jours du Forum, Stella informe les Panthères Roses que des abolitionnistes prévoient une conférence contre le travail du sexe et ceci le même jour et dans le même bâtiment que la grande conférence du Forum XXX, c'est-à-dire le premier jour du Forum. Avec les Panthères Roses on a tout de suite envie de préparer une action. Mais quelle genre d'action? Qui sont ces abolitionnistes? Probablement ce sont surtout des féministes abolitionnistes, ce qui complique la chose. Ça aurait été plus facile d'avoir à faire à la droite réactionnaire, au moins on aurait eu un vrai ennemi politique.

Mais même abolitionnistes, des féministes ne sont pas vraiment la cible idéal pour une action surprise. Avec les Panthères Roses, ça discute dur, on se casse la tête.

On n'est plus qu'à quelques jours du forum quand soudain on apprend que les abolos renoncent à leur conférence. Pour les Panthères Roses, il est évident qu'il faut être présentEs et qu'il faut se faire remarquer. Finalement on décide de faire une action plutôt ludique: Les personnes qui s'y refusent seront marquées d'une autruche sur un petit billet qui leur sera collé discrètement dans le dos.

Bref, l'action fut bien drôle et finalement très gentille. C'était alors le premier jour du Forum XXX et ça commençait par un apéro en fin d'après-midi. J'ai retrouvé plusieurs travailleuses du sexe que j'avais rencontrées lors d'autres colloques ou rencontres.

Ensuite tout le monde s'est rendu à la grande conférence qui était le seul événement public de tout le Forum. Lors de son discours d'ouverture, la directrice générale de Stella a expliqué que ce forum était le fruit de deux ans de préparation et qu'il avait fallu lutter jusqu'au dernier moment pour qu'il puisse se faire.

Eh oui, c'est le paradoxe totale. C'est subventionné avec de la thune publique tandis que le travail du sexe est parfaitement criminalisé au Canada. La grande conférence publique de ce premier jour ne m'a pas tant enchanté. Il n'y avait rien de nouveau pour moi.

C'était une sorte de manifestation où il s'agissait de répéter une fois de plus à quel point les travailleuses du sexe tous genres et sexes confondus souffrent des contraintes sociopolitiques. J'ai trouvé un peu dommage que certaines contributions consistaient simplement à la lecture de textes qui étaient certes bien construits mais qui ne réussissaient pas vraiment à entraîner le publique.

Bon, des conférences de ce genre, il en faut bien, c'est un moyen politique important. Et quant à celle en question, ça s'est très bien passé.

Côté abolitionnistes, il n'y a finalement eu qu'une seule intervention lors du débat avec le public. Les deux jours suivants commençaient par des pléniaires thématiques dans la matinée.

La délégation suisse était fort impressionée et même émue, entre autres, par les les personnes d'Inde représentant une association de travailleuses du sexe, ou encore par les travailleuses amérindiennes. L'après-midi était réservé à des ateliers en plus petit comité. Dans les deux ateliers auxquels j'ai participé, je me suis senti un peu perdu.

J'étais prèsque le seul garçon et presque le seul étranger et ça parlait surtout du contexte canadien. Mais malgré cela, j'ai bien aimé écouter les autres parler de leurs expériences.

...

Sexe soft blog photo sexe



le sexe xxxx forum sexe