Call: Email:

Le sexe prostituée français de sexe


le sexe prostituée français de sexe

Nulle inquiétude, les clients les plus favorisés se verront toujours proposer des moyens discrets d'assouvir leurs désirs. Au nom d'une conception abstraite de l'humanité, les " abolitionnistes " [sic] veulent imposer à la société française leur choix idéologique.

Mais qui peut s'ériger en juge dans ce domaine éminemment privé? Chaque adulte doit être libre de ce qu'il veut faire ou ne pas faire de son corps. Décréter illégal ce qu'on trouve immoral n'est pas un grand pas vers le Bien, c'est une dérive despotique. Le pouvoir politique n'a pas à intervenir dans les pratiques sexuelles des adultes consentants.

La priorité, c'est de faire de la lutte contre les trafiquants d'êtres humains une cause nationale et d'y mettre les moyens. Car là est le crime, et là est le défi. Poursuivre les clients, c'est se donner à peu de frais l'illusion d'agir. C'est céder à la tentation prohibitionniste qui consiste à tout espérer de la criminalisation de la consommation. Ce sera au bout du compte écarter de la vue ce qu'on ne veut pas voir et produire un enfer pavé de bonnes intentions.

Tribune du Nouvel Observateur du 23 août Par ailleurs, il ressort le manque d'autonomie de la raison, de liberté de chacun, des prostitué e s de disposer librement de leur corps.

On nie l'idée que certaines personnes peuvent avoir choisi librement de se prostituer. Et pourtant cela existe, comme en témoignent plusieurs ouvrages de prostitué e s. On peut ainsi lire par exemple en 4 e de couverture du livre " Fières d'être putes ":.

Non, nous n'avons pas été violées dans notre enfance, ni par la suite. Non, nous ne sommes pas toxicomanes. Non, nous n'avons jamais été forcées de nous prostituer. Non, nous n'avons pas d'angoisse post-traumatique. Non, nous ne sommes pas malheureuses. Oui, nous avons une vie sentimentale.

Oui, nous avons des amies et des amants. Oui, nous sommes engagées dans la lutte contre les discriminations. Oui, nous exerçons un métier stigmatisé. Oui, nous avons choisi ce métier. Oui, nous voulons les mêmes droits que tous les citoyens de ce pays.

L'Altiplano - Février L'impact négatif sur les prostitué e s d'une telle loi est mis en avant par de nombreuses associations proches des prostitué e s, par des chercheurs, ainsi que par un rapport critique sur l'expérience norvégienne.

Cet impact négatif tient au risque de violence accrue sur les prostitué e s, ou encore à la non mise en place d'un statut de travailleur comme les autres, laissant les prostitué e s dans une certaine forme de précarité.

Dès , l'association Act Up-Paris s'oppose fermement à la proposition de pénalisation des clients soulignant le risque que cela représente pour les prostitué e s [ 49 ]. Comme le délit de racolage passif , cette mesure va exposer davantage les travailleuses du sexe aux violences, les éloigner encore un peu plus des dispositifs de prévention. Deux ans après l'application de la loi, les effets néfastes dénoncés par certaines associations sont confirmés par des chercheurs [ 50 ].

Il existe un fort constat d'échec chez les pays ayant mis en place ce type de loi. En effet, elle n'aurait pas permis la diminution de la prostitution en Suède, et on constaterait une augmentation de la violence sur les prostitué e s en Norvège. Elle serait même inapplicable dans les faits en Finlande.

Le gouvernement suédois défend le bilan de cette loi et considère qu'elle a permis à combattre la recrudescence de la prostitution, mais il reconnait qu'elle n'a globalement n'a pas permis la diminution de la prostitution.

La prostitution de rue aurait significativement été réduite du fait de la peur des clients, mais elle se serait reportée ailleurs, notamment sur Internet [ 51 ] , [ Note 2 ]. En et , certaines radios suédoises ont tenté une expérience en publiant des petites annonces faisant la promotion de services de prostitution. À chaque fois, les numéros de téléphone indiqués dans les annonces ont été inondés d'appels émanant de clients potentiels.

Ceci confirme que la prostitution, loin d'avoir diminué en Suède, s'est simplement reportée vers d'autres environnements dans lesquels les clients sentent que le risque de se faire surprendre est plus faible. En outre, les autorités suédoises ne fournissent aucune donnée sur le nombre de Suédois qui contournent les lois en vigueur en se rendant simplement dans des pays proches comme le Danemark , l' Allemagne et les Pays-Bas , où ils peuvent recourir aux services des prostituées en toute légalité.

Le rapport suédois de souvent connu comme le "Skarhed report" , qui dresse un bilan favorable des lois abolitionnistes, a fait l'objet de nombreuses critiques. Celles-ci portent sur son manque de rigueur, son absence de méthodologie scientifique, ses conclusions bâclées basées sur des suppositions et non sur des faits et des données vérifiables, son refus de tenir compte des avis des travailleurs du sexe et le manque de clarté de ses objectifs.

En effet, le but initial de ce rapport était non pas de procéder à une évaluation objective des politiques mise en place et de leurs résultats, mais de "réaffirmer la position de la Suède en tant que pays abolitionniste. Par ailleurs, la prostitution de rue étant en baisse depuis plusieurs décennies, rien n'indique que cette baisse ne soit liée aux lois mises en place en Suède en De plus, le gouvernement suédois ne détient aucune preuve quant à sa réussite en matière de réduction du trafic d'êtres humains a des fins d'exploitation sexuelle.

Le dernier rapport Eurostat sur le trafic de personnes, rendu public en mai , indique que le niveau de cette catégorie de trafic est aussi élevé en Suède qu'en Allemagne, pays où la légalisation de la prostitution est accusée d'avoir fait augmenter ce trafic.

En outre, la prévalence de tels trafics en Suède a quadruplé entre et , tandis qu'il demeurait stable en Allemagne. La Suède continue d'être une destination pour des prostituées originaires de Roumanie , d' Albanie et de pays d'Afrique. Les travailleurs du sexe vivant en Suède ont affirmé à plusieurs reprises que ces lois, dont le but affirmé était de les protéger, engendrent des dommages considérables à leurs conditions de vie et de travail.

Une autre conséquence néfaste pour les travailleurs du sexe est qu'ils font face à davantage de stigmatisation. Les sondages d'opinion effectués auprès de la population suédoise indiquent en effet que, si celle-ci est largement favorable aux lois abolitionnistes, une majorité de Suédois pense que les prostituées devraient aussi faire l'objet de sanctions, pas seulement les clients. Ceci montre que la population suédoise n'adhère pas du tout à la vision officielle qui présente les prostitués comme des victimes.

La majorité des Suédois considère au contraire que ceux-ci devraient être traites comme des délinquants, à l'instar de leurs clients. Ces enquêtes d'opinion ont conduit à une incroyable volte-face du gouvernement suédois qui, après avoir prétendu vouloir protéger les travailleurs du sexe par le biais de lois abolitionnistes, affirme désormais que la stigmatisation accrue des travailleurs du sexe est à considérer comme une conséquence positive. Le 22 juin , le Pro Sentret centre officiel d'aide aux prostituées d' Oslo souligne dans son rapport " Les Liaisons dangereuses " [ 53 ] une détérioration de la situation des travailleuses du sexe de la ville d'Oslo en Norvège.

Selon ce rapport, empêcher le commerce de la prostitution en ciblant la demande n'a pas d'effets bénéfiques. Inspirée de la réglementation de la Suède voisine, la loi Norvégienne de sur la prostitution punit les clients, qui encourent jusqu'à six mois de prison et une amende. La philosophie de cette loi proche de la proposition de loi en France est de considérer que les femmes sont victimes d'un trafic.

La vente de services sexuels est licite, mais leur achat ne l'est pas. Selon le Pro Sentret, la loi norvégienne favorise la violence des clients envers les prostituées car le commerce du sexe se déplace vers la clandestinité. Le mouvement abolitionniste critique cette mesure comme inapplicable dans les faits [ 54 ].

Les clients peuvent être sanctionnés au titre de corrupteurs. Beaucoup regrettent la mise à l'écart d'office d'une possible approche réglementariste. Cette mise à l'écart est le fruit du lobbying des abolitionnistes auprès des députés de l'Assemblée nationale.

Il est certes possible de souligner certaines difficultés rencontrées par les pays réglementaristes, mais la stigmatisation caricaturale faite par les abolitionnistes sont selon le STRASS exagérées et surtout ne mettent pas en avant les avantages de cette conception de la prostitution à savoir: Par exemple, dans le cas de la Suède, quand la police procède à l'interpellation d'une prostituée, celle-ci sera certes relâchée sans faire l'objet de poursuites, mais ses préservatifs sont confisqués, l'exposant donc à des risques sanitaires considérables.

On retrouve souvent de nombreuses critiques éparses dans la presse sur le manque de rationalité de certains arguments mis en avant par les abolitionnistes. On peut citer par exemple:. Organisé en par le comité international pour les droits des prostitués ICPR , le premier congrès mondial des prostituées rédige une " Charte mondiale pour les droits des personnes prostituées ". En , le deuxième congrès de l'ICPR est accueilli au parlement européen. À partir des années , cette mobilisation va avoir des effets sur la législation d'un certain nombre de pays.

Le 13 avril , la Belgique cesse de poursuivre le proxénétisme s'il n'est pas lié à la traite. Le proxénétisme hôtelier est autorisé s'il n'a pas pour but de réaliser un profit anormal. En , les Pays-Bas légalisent la prostitution volontaire. En , la loi de la prostitution Prostitutionsgesetzt est votée en Allemagne.

Il est toutefois important de distinguer les difficultés spécifiques liées aux différents types d'établissements. Les maisons closes sont des établissements qui perçoivent une rémunération des clients et rémunèrent les prostitué e s.

Un e prostitué e dans ce système ne choisit pas toujours, ni les clients, ni leur nombre. Un pays qui veut respecter la convention des Nations unies de contre la traite des êtres humains et l'exploitation de la prostitution ne devrait pas a priori légaliser les maisons closes, du simple fait qu'il y travaillera toujours des prostitué e s sous la contrainte financière. Ce type d'institution pose donc problème en tant que potentiel profiteur de la misère des prostitué e s, mais aussi en tant que risque de la tentation de mettre la pression sur les prostitué e s pour faire du chiffre.

Il n'y a donc a priori pas de pression possible sur les prostitué e s pour faire du chiffre. Par ailleurs, dans un tel système, un e prostitué e semble toujours pouvoir choisir son client, du moins lui dire non. En revanche, il semble que ces établissements, pour satisfaire une clientèle toujours à la recherche de nouveauté, n'hésitent pas à faire venir de nouvelles recru e s de façon plus ou moins légale, notamment dans le cas de l'Espagne, en provenance d'Amérique Latine.

Ce type d'institution pose donc problème en tant que potentiel aspirateur à prostitu é s [ 57 ]. Par ailleurs, il semble que des réseaux mafieux utilisent ces lieux. Un cas de grande ampleure, avec près de prostituées roumaines traitées en semi-esclavage a défrayé l'actualité en Espagne [ Note 3 ]. Des témoignages de prostituées relatent également de conditions épouvantables, par exemple dans les maisons en Belgique [ Note 4 ].

Certaines personnes disent que les difficultés rencontrées dans ces pays soulignent que ces lois ne peuvent être transposées en France sans que celles-ci violent la convention des Nations unies de contre la traite des êtres humains et l'exploitation de la prostitution. Un pays qui veut respecter cette convention ne devrait pas a priori légaliser les maisons closes, du simple fait qu'il y travaillera toujours des prostitué e s sous la contrainte financière.

Mais les maisons closes ou les maisons de libre prostitution sont-elles les seules approches réglementaristes possibles? Plusieurs articles abordent cette question depuis plus d'une décennie et le débat reste encore ouvert [ 58 ]. Ainsi Françoise Gil, sociologue et spécialiste de la prostitution souligne-t-elle dans un interview dans 20 minutes la volonté d'indépendance des prostitué e s [ 32 ]. Le modèle suisse est le plus convenable.

Là-bas, les prostituées travaillent librement, il faut simplement être Suissesse ou avoir un permis de séjour de dix ans et se déclarer aux autorités. L'ensemble des débats de la presse peuvent se résumer comme suit: Par exemple, la légalisation d'un statut de "prostitué e indépendant" ou de type auto-entrepreneur [ 32 ]:. Où exerceraient-ils ou elles? Ne peut-on pas imaginer des modes de rencontres sécurisés et évitant l'écueil des maisons closes [ 32 ]?

Autant de questions abordées dans les médias français sur lesquelles, il faudrait réfléchir pour voir s'il n'existe pas une approche réglementariste respectueuse des droits des plus faibles. Pour répondre à cette question clé: Sans doute seules des réponses certaines et argumentées par des études scientifiques et fiables permettraient de décider sans préjugé et sans idéologie si cette proposition de loi visant à pénaliser les clients a raison d'être ou non [ 32 ].

La Suisse a mis en place un système réglementariste sous lequel les prostitué e s peuvent légalement exercer leur métier. Selon le service de coordination contre la traite d'êtres humains et le trafic de migrants SCOTT de la Confédération Suisse, la prostitution est désormais légale en Suisse sous certaines conditions.

Enfin toujours selon Scott Il n'y aurait pas, en Suisse de rapport de subordination dans la prostitution [ 59 ]. La prostitution est autorisée en Suisse et est considérée comme une forme d'activité économique. La personne désirant pratiquer la prostitution doit avoir atteint l'âge de la majorité sexuelle et respecter les réglementations des cantons et des villes régissant l'exercice de la prostitution. Les revenus de la prostitution sont soumis à l'impôt et les cotisations sociales doivent en être déduites.

Les personnes venant d'autres pays que la Suisse doivent en outre respecter les dispositions du droit des étrangers sur le séjour et le travail Il ne faut pas confondre traite des êtres humains à des fins d'exploitation sexuelle et prostitution. Certes l'exploitation sexuelle est souvent le corollaire de la prostitution, mais tous les individus se prostituant ne sont pas victimes de la traite des êtres humains. Pour bon nombre de personnes suisses et étrangères, la prostitution est l'activité lucrative qu'ils exercent légalement.

Les motifs pour lesquels elles subviennent à leurs besoins par le biais de la prostitution peuvent être multiples Les personnes qui se prostituent ne peuvent exercer leurs activités qu'en qualité d'indépendantes; en effet, les contrats de travail contiennent des obligations de travail et des droits d'instruction pour l'employeur qui ne sont pas compatibles avec le principe de l'autodétermination sexuelle Rue89Lyon - Du bruit dans l'image.

Mis en ligne le 22 novembre , il est le Premier web-documentaire abordant la question prostitutionnelle et les lois visant à pénaliser les clients de la prostitution en France. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées avril Histoire de la prostitution en France et Prostitution en France.

Proposition de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution. Guy Geoffroy , l'un des rapporteurs de la loi. Deux propositions de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue! China includes Tibet, Hong Kong, and Macau , sur le site http: Vietnam , sur le site http: Troisième rapport présenté par le Yémen au Comité des droits de l'homme extraits , sur le site http: Dans les situations individuelles que nous suivons la contrainte s'exprime surtout soit par le fait de devoir aider sa famille restée au pays, soit par la grande difficulté à en sortir quand la prostituée en a assez.

There may be several explanations for this but, given the major similarities in all other respects between the Nordic countries, it is reasonable to assume that prostitution would also have increased in Sweden if we had not had a ban on the purchase of sexual services.

Criminalisation has therefore helped to combat prostitution. Une affaire d'ampleur exceptionnelle liée à l'exploitation de prostituées, vient d'éclater au Dallas, une maison close située à la frontière sur la route nationale entre la Jonquera et Figueres, à quelques dizaines de kilomètres de Perpignan, selon les informations révélées hier par l'agencia catalana de noticias ACN.

La police espagnole vient en effet d'interpeller 19 personnes dont les membres et chefs présumés de deux réseaux qui exploitaient sexuellement de jeunes mineures, de nationalité roumaine. Selon les premiers éléments, elles étaient recrutées avec une fausse promesse de travail, leur faisant miroiter que, dès leurs 18 ans, elles prendraient soin de personnes âgées, effectueraient du baby-sitting ou travailleraient pour les services de l'État.

Mais à leur arrivée, les suspects les auraient obligé à se prostituer au sein du 'Dallas' et à endurer, sous un régime de semi-esclavage, des journées de 'travail' allant de 12 à 14 h, sous la menace de coups ou de viols.

L'enquête, débutée il y a un an environ, a permis de mettre au jour deux organisations. La première, une structure pyramidale, était constituée d'habitants de la ville de Braila dont sont originaires la majorité des filles. Les investigations ont montré que la tête du réseau avait pris de nombreuses précautions comme changer d'adresse, de voiture, de portable et se faire accompagner d'un garde du corps. Placées sous haute surveillance.

Le deuxième réseau était chargé de régenter la maison close d'Agullana, propriété d'un couple domicilié à Valence, d'où il contrôlait en temps réel ce qui se passait dans leur entreprise grâce à un système de vidéosurveillance.

Les filles devaient déposer leurs empreintes digitales au début de chaque journée et avant chaque passe. Les données étaient envoyées à un ordinateur central installé dans le club, et permettant de les pister à des centaines de kilomètres à la ronde. Enfin, elles étaient obligées de faire, à leurs frais, un test sanguin chaque mois Mais à son insu, elle est "droguée, violée par trois hommes, et filmée".

On m'a montré la vidéo, on m'a menacée. Pour sortir ou avoir un week-end, on demande l'autorisation. Elle peut être refusée si un client s'est plaint.

Très vite, "il n'y a plus de comptes bancaires, et les papiers disparaissent": Proposant un contenu exclusif non disponible sur Pornhub. L'équipe de Pornhub met à jour et ajoute de nouvelles vidéos pornos chaque jour. Nous avons une très grande sélection de DVD gratuits à télécharger ou à regarder en streaming. Pornhub est le site de tube porno révolutionnaire le plus complet. Nous offrons des vidéos pornos streaming, des DVD téléchargeables, des albums photos, et la communauté de sexe gratuite numéro 1 sur le net.

Nous travaillons sans cesse à enrichir notre site de façon à entretenir votre addiction au porno. Pour la sécurité et la confidentialité de votre compte Pornhub, n'oubliez pas de ne jamais entrer votre mot de passe sur un autre site que pornhub.

Pour votre sécurité et votre confidentialité, ce lien a été désactivé. Commencer ma semaine gratuite Non merci. Pour afficher la vidéo, cette page requiert que le javascript soit activé. Ouvrez une session ou inscrivez-vous. Se souvenir de moi sur cet ordinateur déconseillé sur les ordinateurs publics ou partagés.

Nom d'utilisateur ou mot de passe oublié? Renvoyer un courriel de confirmation. Pas encore membre gratuit? Voici ce que vous loupez! Télécharger vidéos Publier un commentaire Ajouter des favoris Créer des playlist Et beaucoup plus! Créer une nouvelle Vidéothèque. Veuillez saisir les information requise.

Connexion pour rajouter a cette liste. Vous quittez à présent Pornhub. Retourner Vous quittez à présent Pornhub.

..

La guerre des sexes skype sexe

Mylène, une prostituée dite "traditionnelle", fait le trottoir depuis 13 ans dans la rue Saint-Denis à Paris. Déjà concurrencée par la prostitution sur Internet, cette quadragénaire qui travaille en indépendante fait face, depuis , à une seconde menace: La mesure phare de ce texte, qui devrait être adopté définitivement mercredi 6 avril, est la pénalisation des clients de prostituées.

Pour les partisans de cette pénalisation, il s'agit de dissuader la demande et de considérer les prostituées "comme des victimes et non plus comme des délinquantes", estime la députée socialiste Maud Olivier, à l'origine du texte. Pour ses détracteurs, pénaliser les clients "va mettre en danger les travailleuses du sexe", qui seront plus isolées, rétorque Sarah-Marie Maffesoli, de Médecins du Monde. Une position que partage Mylène, qui se situe, dit-elle, aux antipodes des prostituées victimes des réseaux.

Dans son immeuble, la majorité des habitants sont des prostituées. Ensemble, elles ont mis au point des règles pour se protéger contre tout débordement de clients.

Une sorte de fichage artisanal des clients. Durant plusieurs mois, France 24 a suivi Mylène au gré de ses inquiétudes, de ses colères et de ses éclats de rire.

Elle implique, entre autres, une augmentation des effectifs de police, une meilleure coopération internationale, une justice impitoyable et la reconversion ainsi qu'une véritable protection des filles qui dénoncent leurs proxénètes, associée à une possibilité effective de reconversion.

Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Mais l'objectif d'abolir à terme la prostitution, sous prétexte d'en finir avec l'esclavage sexuel est d'une autre nature. Il ne s'agit plus d'un impératif universel, mais d'un parti pris idéologique qui suppose les postulats suivants: Ces postulats sont éminemment discutables. Comme le clament les prostituées non contraintes par un tiers et qu'on se refuse à entendre, la dignité des femmes ne repose pas sur le critère des pratiques sexuelles.

Une femme n'est pas nécessairement victime de l'oppression masculine lorsqu'elle se livre à la prostitution, soit qu'elle s'y adonne de manière occasionnelle, soit qu'elle choisisse d'exercer à plein temps cette activité plutôt qu'une autre.

Enfin, au risque de faire grincer des dents: Etrangement, nul ne fait jamais mention des prostitués homo ou hétérosexuels ni de la nouvelle "demande' des femmes d'une sexualité tarifée. En réalité, "l' abolition " de la prostitution, contrairement à celle de l'esclavage, est une chimère.

La sexualité humaine varie selon les sociétés. Et, dans une même société, elle change selon les époques et les classes. Ce n'est pas une raison pour imaginer qu'elle va se plier, comme une cire molle, à l'utopie d'une sexualité parfaitement régulée.

La pénalisation des clients n'entraînera pas la suppression de la prostitution. Ni les call-girls ni les réseaux par internet n'en seront affectés, comme le prouve l'exemple suédois. En souffriront d'abord les prolétaires du sexe, qui seront plus que jamais soumises à l'emprise des proxénètes. Ces derniers profiteront de la situation, eux qui devraient être la cible première de l'action répressive des pouvoirs publics.

Nulle inquiétude, les clients les plus favorisés se verront toujours proposer des moyens discrets d'assouvir leurs désirs. Au nom d'une conception abstraite de l'humanité, les " abolitionnistes " [sic] veulent imposer à la société française leur choix idéologique. Mais qui peut s'ériger en juge dans ce domaine éminemment privé? Chaque adulte doit être libre de ce qu'il veut faire ou ne pas faire de son corps. Décréter illégal ce qu'on trouve immoral n'est pas un grand pas vers le Bien, c'est une dérive despotique.

Le pouvoir politique n'a pas à intervenir dans les pratiques sexuelles des adultes consentants. La priorité, c'est de faire de la lutte contre les trafiquants d'êtres humains une cause nationale et d'y mettre les moyens. Car là est le crime, et là est le défi. Poursuivre les clients, c'est se donner à peu de frais l'illusion d'agir. C'est céder à la tentation prohibitionniste qui consiste à tout espérer de la criminalisation de la consommation.

Ce sera au bout du compte écarter de la vue ce qu'on ne veut pas voir et produire un enfer pavé de bonnes intentions. Tribune du Nouvel Observateur du 23 août Par ailleurs, il ressort le manque d'autonomie de la raison, de liberté de chacun, des prostitué e s de disposer librement de leur corps.

On nie l'idée que certaines personnes peuvent avoir choisi librement de se prostituer. Et pourtant cela existe, comme en témoignent plusieurs ouvrages de prostitué e s. On peut ainsi lire par exemple en 4 e de couverture du livre " Fières d'être putes ":.

Non, nous n'avons pas été violées dans notre enfance, ni par la suite. Non, nous ne sommes pas toxicomanes. Non, nous n'avons jamais été forcées de nous prostituer. Non, nous n'avons pas d'angoisse post-traumatique. Non, nous ne sommes pas malheureuses. Oui, nous avons une vie sentimentale. Oui, nous avons des amies et des amants. Oui, nous sommes engagées dans la lutte contre les discriminations. Oui, nous exerçons un métier stigmatisé.

Oui, nous avons choisi ce métier. Oui, nous voulons les mêmes droits que tous les citoyens de ce pays. L'Altiplano - Février L'impact négatif sur les prostitué e s d'une telle loi est mis en avant par de nombreuses associations proches des prostitué e s, par des chercheurs, ainsi que par un rapport critique sur l'expérience norvégienne.

Cet impact négatif tient au risque de violence accrue sur les prostitué e s, ou encore à la non mise en place d'un statut de travailleur comme les autres, laissant les prostitué e s dans une certaine forme de précarité. Dès , l'association Act Up-Paris s'oppose fermement à la proposition de pénalisation des clients soulignant le risque que cela représente pour les prostitué e s [ 49 ]. Comme le délit de racolage passif , cette mesure va exposer davantage les travailleuses du sexe aux violences, les éloigner encore un peu plus des dispositifs de prévention.

Deux ans après l'application de la loi, les effets néfastes dénoncés par certaines associations sont confirmés par des chercheurs [ 50 ]. Il existe un fort constat d'échec chez les pays ayant mis en place ce type de loi. En effet, elle n'aurait pas permis la diminution de la prostitution en Suède, et on constaterait une augmentation de la violence sur les prostitué e s en Norvège. Elle serait même inapplicable dans les faits en Finlande. Le gouvernement suédois défend le bilan de cette loi et considère qu'elle a permis à combattre la recrudescence de la prostitution, mais il reconnait qu'elle n'a globalement n'a pas permis la diminution de la prostitution.

La prostitution de rue aurait significativement été réduite du fait de la peur des clients, mais elle se serait reportée ailleurs, notamment sur Internet [ 51 ] , [ Note 2 ].

En et , certaines radios suédoises ont tenté une expérience en publiant des petites annonces faisant la promotion de services de prostitution. À chaque fois, les numéros de téléphone indiqués dans les annonces ont été inondés d'appels émanant de clients potentiels. Ceci confirme que la prostitution, loin d'avoir diminué en Suède, s'est simplement reportée vers d'autres environnements dans lesquels les clients sentent que le risque de se faire surprendre est plus faible.

En outre, les autorités suédoises ne fournissent aucune donnée sur le nombre de Suédois qui contournent les lois en vigueur en se rendant simplement dans des pays proches comme le Danemark , l' Allemagne et les Pays-Bas , où ils peuvent recourir aux services des prostituées en toute légalité. Le rapport suédois de souvent connu comme le "Skarhed report" , qui dresse un bilan favorable des lois abolitionnistes, a fait l'objet de nombreuses critiques.

Celles-ci portent sur son manque de rigueur, son absence de méthodologie scientifique, ses conclusions bâclées basées sur des suppositions et non sur des faits et des données vérifiables, son refus de tenir compte des avis des travailleurs du sexe et le manque de clarté de ses objectifs.

En effet, le but initial de ce rapport était non pas de procéder à une évaluation objective des politiques mise en place et de leurs résultats, mais de "réaffirmer la position de la Suède en tant que pays abolitionniste.

Par ailleurs, la prostitution de rue étant en baisse depuis plusieurs décennies, rien n'indique que cette baisse ne soit liée aux lois mises en place en Suède en De plus, le gouvernement suédois ne détient aucune preuve quant à sa réussite en matière de réduction du trafic d'êtres humains a des fins d'exploitation sexuelle. Le dernier rapport Eurostat sur le trafic de personnes, rendu public en mai , indique que le niveau de cette catégorie de trafic est aussi élevé en Suède qu'en Allemagne, pays où la légalisation de la prostitution est accusée d'avoir fait augmenter ce trafic.

En outre, la prévalence de tels trafics en Suède a quadruplé entre et , tandis qu'il demeurait stable en Allemagne. La Suède continue d'être une destination pour des prostituées originaires de Roumanie , d' Albanie et de pays d'Afrique. Les travailleurs du sexe vivant en Suède ont affirmé à plusieurs reprises que ces lois, dont le but affirmé était de les protéger, engendrent des dommages considérables à leurs conditions de vie et de travail.

Une autre conséquence néfaste pour les travailleurs du sexe est qu'ils font face à davantage de stigmatisation. Les sondages d'opinion effectués auprès de la population suédoise indiquent en effet que, si celle-ci est largement favorable aux lois abolitionnistes, une majorité de Suédois pense que les prostituées devraient aussi faire l'objet de sanctions, pas seulement les clients.

Ceci montre que la population suédoise n'adhère pas du tout à la vision officielle qui présente les prostitués comme des victimes. La majorité des Suédois considère au contraire que ceux-ci devraient être traites comme des délinquants, à l'instar de leurs clients.

Ces enquêtes d'opinion ont conduit à une incroyable volte-face du gouvernement suédois qui, après avoir prétendu vouloir protéger les travailleurs du sexe par le biais de lois abolitionnistes, affirme désormais que la stigmatisation accrue des travailleurs du sexe est à considérer comme une conséquence positive. Le 22 juin , le Pro Sentret centre officiel d'aide aux prostituées d' Oslo souligne dans son rapport " Les Liaisons dangereuses " [ 53 ] une détérioration de la situation des travailleuses du sexe de la ville d'Oslo en Norvège.

Selon ce rapport, empêcher le commerce de la prostitution en ciblant la demande n'a pas d'effets bénéfiques. Inspirée de la réglementation de la Suède voisine, la loi Norvégienne de sur la prostitution punit les clients, qui encourent jusqu'à six mois de prison et une amende. La philosophie de cette loi proche de la proposition de loi en France est de considérer que les femmes sont victimes d'un trafic.

La vente de services sexuels est licite, mais leur achat ne l'est pas. Selon le Pro Sentret, la loi norvégienne favorise la violence des clients envers les prostituées car le commerce du sexe se déplace vers la clandestinité. Le mouvement abolitionniste critique cette mesure comme inapplicable dans les faits [ 54 ]. Les clients peuvent être sanctionnés au titre de corrupteurs. Beaucoup regrettent la mise à l'écart d'office d'une possible approche réglementariste.

Cette mise à l'écart est le fruit du lobbying des abolitionnistes auprès des députés de l'Assemblée nationale. Il est certes possible de souligner certaines difficultés rencontrées par les pays réglementaristes, mais la stigmatisation caricaturale faite par les abolitionnistes sont selon le STRASS exagérées et surtout ne mettent pas en avant les avantages de cette conception de la prostitution à savoir: Par exemple, dans le cas de la Suède, quand la police procède à l'interpellation d'une prostituée, celle-ci sera certes relâchée sans faire l'objet de poursuites, mais ses préservatifs sont confisqués, l'exposant donc à des risques sanitaires considérables.

On retrouve souvent de nombreuses critiques éparses dans la presse sur le manque de rationalité de certains arguments mis en avant par les abolitionnistes. On peut citer par exemple:. Organisé en par le comité international pour les droits des prostitués ICPR , le premier congrès mondial des prostituées rédige une " Charte mondiale pour les droits des personnes prostituées ".

En , le deuxième congrès de l'ICPR est accueilli au parlement européen. À partir des années , cette mobilisation va avoir des effets sur la législation d'un certain nombre de pays. Le 13 avril , la Belgique cesse de poursuivre le proxénétisme s'il n'est pas lié à la traite.

Le proxénétisme hôtelier est autorisé s'il n'a pas pour but de réaliser un profit anormal. En , les Pays-Bas légalisent la prostitution volontaire. En , la loi de la prostitution Prostitutionsgesetzt est votée en Allemagne. Il est toutefois important de distinguer les difficultés spécifiques liées aux différents types d'établissements.

Les maisons closes sont des établissements qui perçoivent une rémunération des clients et rémunèrent les prostitué e s.

Un e prostitué e dans ce système ne choisit pas toujours, ni les clients, ni leur nombre. Un pays qui veut respecter la convention des Nations unies de contre la traite des êtres humains et l'exploitation de la prostitution ne devrait pas a priori légaliser les maisons closes, du simple fait qu'il y travaillera toujours des prostitué e s sous la contrainte financière.

Ce type d'institution pose donc problème en tant que potentiel profiteur de la misère des prostitué e s, mais aussi en tant que risque de la tentation de mettre la pression sur les prostitué e s pour faire du chiffre. Il n'y a donc a priori pas de pression possible sur les prostitué e s pour faire du chiffre. Par ailleurs, dans un tel système, un e prostitué e semble toujours pouvoir choisir son client, du moins lui dire non.

En revanche, il semble que ces établissements, pour satisfaire une clientèle toujours à la recherche de nouveauté, n'hésitent pas à faire venir de nouvelles recru e s de façon plus ou moins légale, notamment dans le cas de l'Espagne, en provenance d'Amérique Latine. Ce type d'institution pose donc problème en tant que potentiel aspirateur à prostitu é s [ 57 ]. Par ailleurs, il semble que des réseaux mafieux utilisent ces lieux.

Un cas de grande ampleure, avec près de prostituées roumaines traitées en semi-esclavage a défrayé l'actualité en Espagne [ Note 3 ]. Des témoignages de prostituées relatent également de conditions épouvantables, par exemple dans les maisons en Belgique [ Note 4 ]. Certaines personnes disent que les difficultés rencontrées dans ces pays soulignent que ces lois ne peuvent être transposées en France sans que celles-ci violent la convention des Nations unies de contre la traite des êtres humains et l'exploitation de la prostitution.

Un pays qui veut respecter cette convention ne devrait pas a priori légaliser les maisons closes, du simple fait qu'il y travaillera toujours des prostitué e s sous la contrainte financière. Mais les maisons closes ou les maisons de libre prostitution sont-elles les seules approches réglementaristes possibles? Plusieurs articles abordent cette question depuis plus d'une décennie et le débat reste encore ouvert [ 58 ].

Ainsi Françoise Gil, sociologue et spécialiste de la prostitution souligne-t-elle dans un interview dans 20 minutes la volonté d'indépendance des prostitué e s [ 32 ].

Le modèle suisse est le plus convenable. Là-bas, les prostituées travaillent librement, il faut simplement être Suissesse ou avoir un permis de séjour de dix ans et se déclarer aux autorités. L'ensemble des débats de la presse peuvent se résumer comme suit: Par exemple, la légalisation d'un statut de "prostitué e indépendant" ou de type auto-entrepreneur [ 32 ]:.

Où exerceraient-ils ou elles? Ne peut-on pas imaginer des modes de rencontres sécurisés et évitant l'écueil des maisons closes [ 32 ]? Autant de questions abordées dans les médias français sur lesquelles, il faudrait réfléchir pour voir s'il n'existe pas une approche réglementariste respectueuse des droits des plus faibles.

Pour répondre à cette question clé: Sans doute seules des réponses certaines et argumentées par des études scientifiques et fiables permettraient de décider sans préjugé et sans idéologie si cette proposition de loi visant à pénaliser les clients a raison d'être ou non [ 32 ]. La Suisse a mis en place un système réglementariste sous lequel les prostitué e s peuvent légalement exercer leur métier.

Selon le service de coordination contre la traite d'êtres humains et le trafic de migrants SCOTT de la Confédération Suisse, la prostitution est désormais légale en Suisse sous certaines conditions. Enfin toujours selon Scott Il n'y aurait pas, en Suisse de rapport de subordination dans la prostitution [ 59 ]. La prostitution est autorisée en Suisse et est considérée comme une forme d'activité économique. La personne désirant pratiquer la prostitution doit avoir atteint l'âge de la majorité sexuelle et respecter les réglementations des cantons et des villes régissant l'exercice de la prostitution.

Les revenus de la prostitution sont soumis à l'impôt et les cotisations sociales doivent en être déduites. Les personnes venant d'autres pays que la Suisse doivent en outre respecter les dispositions du droit des étrangers sur le séjour et le travail Il ne faut pas confondre traite des êtres humains à des fins d'exploitation sexuelle et prostitution.

Certes l'exploitation sexuelle est souvent le corollaire de la prostitution, mais tous les individus se prostituant ne sont pas victimes de la traite des êtres humains. Pour bon nombre de personnes suisses et étrangères, la prostitution est l'activité lucrative qu'ils exercent légalement. Les motifs pour lesquels elles subviennent à leurs besoins par le biais de la prostitution peuvent être multiples Les personnes qui se prostituent ne peuvent exercer leurs activités qu'en qualité d'indépendantes; en effet, les contrats de travail contiennent des obligations de travail et des droits d'instruction pour l'employeur qui ne sont pas compatibles avec le principe de l'autodétermination sexuelle Rue89Lyon - Du bruit dans l'image.

Mis en ligne le 22 novembre , il est le Premier web-documentaire abordant la question prostitutionnelle et les lois visant à pénaliser les clients de la prostitution en France. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées avril Histoire de la prostitution en France et Prostitution en France. Proposition de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution. Guy Geoffroy , l'un des rapporteurs de la loi.

Deux propositions de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue! China includes Tibet, Hong Kong, and Macau , sur le site http: Vietnam , sur le site http: Troisième rapport présenté par le Yémen au Comité des droits de l'homme extraits , sur le site http: Dans les situations individuelles que nous suivons la contrainte s'exprime surtout soit par le fait de devoir aider sa famille restée au pays, soit par la grande difficulté à en sortir quand la prostituée en a assez.

There may be several explanations for this but, given the major similarities in all other respects between the Nordic countries, it is reasonable to assume that prostitution would also have increased in Sweden if we had not had a ban on the purchase of sexual services. Criminalisation has therefore helped to combat prostitution.



le sexe prostituée français de sexe

..

Nous travaillons sans cesse à enrichir notre site de façon à entretenir votre addiction au porno. Pour la sécurité et la confidentialité de votre compte Pornhub, n'oubliez pas de ne jamais entrer votre mot de passe sur un autre site que pornhub.

Pour votre sécurité et votre confidentialité, ce lien a été désactivé. Commencer ma semaine gratuite Non merci. Pour afficher la vidéo, cette page requiert que le javascript soit activé.

Ouvrez une session ou inscrivez-vous. Se souvenir de moi sur cet ordinateur déconseillé sur les ordinateurs publics ou partagés. Nom d'utilisateur ou mot de passe oublié? Renvoyer un courriel de confirmation. Pas encore membre gratuit? Voici ce que vous loupez! Télécharger vidéos Publier un commentaire Ajouter des favoris Créer des playlist Et beaucoup plus!

Créer une nouvelle Vidéothèque. Veuillez saisir les information requise. Connexion pour rajouter a cette liste. Vous quittez à présent Pornhub. Retourner Vous quittez à présent Pornhub. Free Full Scene from Sweet Sinner! Supprimer les pubs Annonces de Traffic Junky. Sexe tarifé avec une pute qui tapine 1. Petite française baise avec son demi frère quand les parents dorment 4.

Prostituée française se fait gicler sur la chatte dans la rue Cette dernière interdiction est particulièrement critiquée, car elle est susceptible d'incriminer indistinctement tout l'entourage d'une prostituée: Il y a eu une forte mobilisation des associations abolitionnistes.

Ces associations demandent notamment: Elles demandent par ailleurs, la suppression de toutes les mesures répressives à l'encontre des victimes de la prostitution [ 31 ].

Ainsi Françoise Gil, sociologue et spécialiste de la prostitution souligne-t-elle dans un interview dans 20 minutes le lobbying des associations abolitionnistes [ 32 ]. Il y a eu un véritable travail de lobbying effectué par le mouvement du Nid auprès des parlementaires. L'idée d'une loi visant à pénaliser les clients de la prostitution fait vivement débat au sein de la société française ainsi que des partis politiques.

Ce débat revient à discuter de l' abolitionnisme , l'une des trois grandes approches possibles de la prostitution. Ce débat est passionné, car il se trouve au carrefour de nombreuses problématiques complexes: De nombreux articles publiés en et dans la presse française s'opposent à la volonté des députés, puis de celle du gouvernement Ayrault de pénaliser les clients de prostitué e s.

De nombreux journaux font vivre le débat comme le Nouvel Observateur qui souhaite exposer les points de vue différents. À de nombreuses reprises, les travailleurs et travailleuses du sexe rappellent dans la presse leur opposition à cette proposition de loi:. L'opinion française reste quant à elle dubitative [ 33 ]. Elle garde d'ailleurs à l'esprit le contraste immense qui existe dans le monde de la prostitution.

Que ce soit une exploitation liée au crime organisé le plus terrible qui soit, telle que le véhicule le film Taken. Ou à l'opposé, l'idée que plusieurs personnes exercent cette activité de façon librement choisie, telle Zahia Dehar rendue célèbre par ses relations tarifées avec des personnalités du football et qui a par la suite lancé sa propre ligne de lingerie. Une pétition " Non à la pénalisation des clients de prostitues prostituees " est même organisée en ligne le 14 avril À l'opposé, une pétition " Abolition " est également mise en ligne.

Si de nombreuses personnalités de droite et de gauches sont pour la pénalisation des clients [ 34 ] , il n'en demeure pas moins que ce sujet fait débat au sein même des différents partis politiques. Soi-disant menée au nom des droits des femmes, cette proposition s'inscrit au contraire dans la droite ligne de la LSI de introduisant le délit de racolage passif, qui conduit à criminaliser les prostitué-e-s et à aggraver leur vulnérabilité.

En effet, la pénalisation du client ne fait pas disparaître la prostitution, mais rend simplement plus difficile les conditions dans lesquelles elle s'exerce.

Contraint-e-s d'exercer dans des lieux cachés des forces de police, les prostitué-e-s auront, si cette mesure est adoptée, encore moins accès aux services de santé et de dépistage et seront davantage exposé-e-s aux agressions tout en vivant dans la hantise d'un contrôle policier. Cette proposition de loi s'inscrit donc dans une logique de criminalisation de la pauvreté et de stigmatisation des personnes prostituées.

Pour le NPA, une vraie politique pour les prostitué-e-s doit avant tout s'attaquer à la misère et aux violences générées par les politiques libérale, sécuritaire et de fermeture des frontières dont se nourrit le système prostitutionnel. Elle doit supprimer toute répression directe délit de racolage ou indirecte pénalisation des clients des prostitué-e-s et leur permettre de bénéficier des lois contre les violences.

Elle doit favoriser leur accès aux droits: C'est pourquoi le NPA s'engage contre cette pénalisation du client et s'associe aux mobilisations qui s'y opposent La proposition de loi fait clairement référence dans son exposé des motifs au respect des valeurs qui fondent la République française à savoir la non-patrimonialité du corps humain et la garantie de son intégrité et l'égalité entre les femmes et les hommes.

La philosophe Sylviane Agacinski dont il est important de rappeler la proximité avec le parti socialiste et donc avec le gouvernement actuel en tant que femme de Lionel Jospin , s'oppose vivement à la tribune du Nouvel Observateur du 23 août [ 38 ]. Mais il lui appartient de dire si le corps humain et ses organes doivent être reconnus comme des marchandises à la disposition du public, ce qui serait contraire au droit français.

Tribune du Nouvel Observateur du 6 septembre L'un des arguments mis en avant est la volonté voire le nécessité de faire disparaître la prostitution considérée comme synonyme de violence aux femmes ou encore comme très majoritairement subie et non choisie.

Les prostitué e s seraient des victimes et non des salarié e s [ 31 ]. Ainsi Najat Vallaud-Belkacem , ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement affirme dans le JDD du 23 juin sa volonté de voir disparaître la prostitution car il faut protéger l'immense majorité des prostituées [ 39 ] …. Je ne suis pas naïve, je sais que ce sera un chantier de long terme. Je demande une loi d'abolition de ce système et une politique publique effective, cohérente et globale incluant les mesures suivantes: Si pour une minorité, la prostitution est un choix, la majorité des travailleuses du sexe la vit comme une pratique destructrice et d'une violence extrême.

C'est comme le don d'organe: La pénalisation des clients devrait faire diminuer la demande de prostitution grâce à la peur des clients d'être poursuivis pénalement, mais aussi grâce à leur sensibilisation à la condition des prostitué e s.

Or la diminution de la demande serait un moyen efficace de lutter contre le proxénétisme et la traite d'êtres humains. Plusieurs personnes mettent en avant l'échec des lois réglementaristes adoptées dans d'autres pays comme l' Allemagne , l' Espagne ou encore les Pays-Bas , tant pour les faibles conditions de travail des prostitué e s de maisons closes , que par le rôle d'aspirateur de prostitué e s étrangers qu'elles représentent ou encore par l'accroissement du proxénétisme [ 42 ].

Une enquête de la Fondation Scelles dans plusieurs pays réglementaristes montre que la réalité est loin de ces promesses. Là où elles sont mises en place, les législations réglementaristes permettent une industrialisation du proxénétisme, avec par exemple les eros centers sortes de supermarchés du sexe où officient les prostitué-e-s et un marketing agressif forfaits client illimités, points fidélité….

Les réseaux de traite mafieux, eux, continuent généralement de contrôler indirectement le marché. Il semble important de préciser que la fondation Scelles [ 43 ] est pour la pénalisation des clients.

Son rapport doit être donc lu avec cette volonté en tête. On trouve plusieurs critiques dans la presse liées à certains arguments mis en avant par les personnes opposées à la pénalisation. On peut souligner le manque de rationalité de certains de ces arguments, par exemple:. La méthodologie retenue pour réaliser le rapport servant de base à cette proposition de loi est remis en cause sur plusieurs points fondamentaux: Et les travailleuses étrangères ne sont pas toutes victimes de la traite.

Ouvrir les frontières par exemple. Par ailleurs, le rapport de Danielle Bousquet se base sur les témoignages de personnes. Mais seulement une quinzaine de travailleuses du sexe a été interrogée, dont seulement sept exerçaient encore! Tous les autres, ce sont… des experts. Une critique très répandue de cette loi tient à affirmer l'approche idéologique de la loi: Une critique souvent mise en avant est le recours non justifié aux références des valeurs de la République française pour justifier un point de vue idéologique.

Les abolitionnistes mettraient en avant l'inégalité faite entre hommes et femmes du fait que les prostitué e s sont majoritairement des femmes: Par ailleurs, il est souvent fait référence à la Constitution du 27 octobre mais une lecture approfondie de celle-ci ne semble en rien s'opposer à la prostitution, à moins d'en avoir une lecture idéologique. Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d'asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés.

Il réaffirme solennellement les droits et libertés de l'homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des droits de et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

Il proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après:.

En août , dans le magazine Le Nouvel Observateur , un collectif de féministes et d' intellectuels s'oppose vivement à une politique de pénalisation des clients qui reviendrait à interdire aux prostitué e s d'exercer leur métier librement. Nous reproduisons ici cette tribune [ 48 ]:. Cette guerre difficile à mener relève d'un impératif universel. Elle implique, entre autres, une augmentation des effectifs de police, une meilleure coopération internationale, une justice impitoyable et la reconversion ainsi qu'une véritable protection des filles qui dénoncent leurs proxénètes, associée à une possibilité effective de reconversion.

Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Mais l'objectif d'abolir à terme la prostitution, sous prétexte d'en finir avec l'esclavage sexuel est d'une autre nature. Il ne s'agit plus d'un impératif universel, mais d'un parti pris idéologique qui suppose les postulats suivants: Ces postulats sont éminemment discutables. Comme le clament les prostituées non contraintes par un tiers et qu'on se refuse à entendre, la dignité des femmes ne repose pas sur le critère des pratiques sexuelles.

Une femme n'est pas nécessairement victime de l'oppression masculine lorsqu'elle se livre à la prostitution, soit qu'elle s'y adonne de manière occasionnelle, soit qu'elle choisisse d'exercer à plein temps cette activité plutôt qu'une autre. Enfin, au risque de faire grincer des dents: Etrangement, nul ne fait jamais mention des prostitués homo ou hétérosexuels ni de la nouvelle "demande' des femmes d'une sexualité tarifée. En réalité, "l' abolition " de la prostitution, contrairement à celle de l'esclavage, est une chimère.

La sexualité humaine varie selon les sociétés. Et, dans une même société, elle change selon les époques et les classes. Ce n'est pas une raison pour imaginer qu'elle va se plier, comme une cire molle, à l'utopie d'une sexualité parfaitement régulée. La pénalisation des clients n'entraînera pas la suppression de la prostitution. Ni les call-girls ni les réseaux par internet n'en seront affectés, comme le prouve l'exemple suédois.

En souffriront d'abord les prolétaires du sexe, qui seront plus que jamais soumises à l'emprise des proxénètes. Ces derniers profiteront de la situation, eux qui devraient être la cible première de l'action répressive des pouvoirs publics.

Nulle inquiétude, les clients les plus favorisés se verront toujours proposer des moyens discrets d'assouvir leurs désirs. Au nom d'une conception abstraite de l'humanité, les " abolitionnistes " [sic] veulent imposer à la société française leur choix idéologique.

Mais qui peut s'ériger en juge dans ce domaine éminemment privé? Chaque adulte doit être libre de ce qu'il veut faire ou ne pas faire de son corps.

Décréter illégal ce qu'on trouve immoral n'est pas un grand pas vers le Bien, c'est une dérive despotique. Le pouvoir politique n'a pas à intervenir dans les pratiques sexuelles des adultes consentants. La priorité, c'est de faire de la lutte contre les trafiquants d'êtres humains une cause nationale et d'y mettre les moyens. Car là est le crime, et là est le défi.

Poursuivre les clients, c'est se donner à peu de frais l'illusion d'agir. C'est céder à la tentation prohibitionniste qui consiste à tout espérer de la criminalisation de la consommation. Ce sera au bout du compte écarter de la vue ce qu'on ne veut pas voir et produire un enfer pavé de bonnes intentions.

Tribune du Nouvel Observateur du 23 août Par ailleurs, il ressort le manque d'autonomie de la raison, de liberté de chacun, des prostitué e s de disposer librement de leur corps. On nie l'idée que certaines personnes peuvent avoir choisi librement de se prostituer. Et pourtant cela existe, comme en témoignent plusieurs ouvrages de prostitué e s. On peut ainsi lire par exemple en 4 e de couverture du livre " Fières d'être putes ":.

Non, nous n'avons pas été violées dans notre enfance, ni par la suite. Non, nous ne sommes pas toxicomanes. Non, nous n'avons jamais été forcées de nous prostituer. Non, nous n'avons pas d'angoisse post-traumatique. Non, nous ne sommes pas malheureuses. Oui, nous avons une vie sentimentale. Oui, nous avons des amies et des amants. Oui, nous sommes engagées dans la lutte contre les discriminations. Oui, nous exerçons un métier stigmatisé.

Oui, nous avons choisi ce métier. Oui, nous voulons les mêmes droits que tous les citoyens de ce pays. L'Altiplano - Février L'impact négatif sur les prostitué e s d'une telle loi est mis en avant par de nombreuses associations proches des prostitué e s, par des chercheurs, ainsi que par un rapport critique sur l'expérience norvégienne.

Cet impact négatif tient au risque de violence accrue sur les prostitué e s, ou encore à la non mise en place d'un statut de travailleur comme les autres, laissant les prostitué e s dans une certaine forme de précarité. Dès , l'association Act Up-Paris s'oppose fermement à la proposition de pénalisation des clients soulignant le risque que cela représente pour les prostitué e s [ 49 ]. Comme le délit de racolage passif , cette mesure va exposer davantage les travailleuses du sexe aux violences, les éloigner encore un peu plus des dispositifs de prévention.

Deux ans après l'application de la loi, les effets néfastes dénoncés par certaines associations sont confirmés par des chercheurs [ 50 ]. Il existe un fort constat d'échec chez les pays ayant mis en place ce type de loi. En effet, elle n'aurait pas permis la diminution de la prostitution en Suède, et on constaterait une augmentation de la violence sur les prostitué e s en Norvège.

Elle serait même inapplicable dans les faits en Finlande. Le gouvernement suédois défend le bilan de cette loi et considère qu'elle a permis à combattre la recrudescence de la prostitution, mais il reconnait qu'elle n'a globalement n'a pas permis la diminution de la prostitution.

La prostitution de rue aurait significativement été réduite du fait de la peur des clients, mais elle se serait reportée ailleurs, notamment sur Internet [ 51 ] , [ Note 2 ]. En et , certaines radios suédoises ont tenté une expérience en publiant des petites annonces faisant la promotion de services de prostitution.

À chaque fois, les numéros de téléphone indiqués dans les annonces ont été inondés d'appels émanant de clients potentiels. Ceci confirme que la prostitution, loin d'avoir diminué en Suède, s'est simplement reportée vers d'autres environnements dans lesquels les clients sentent que le risque de se faire surprendre est plus faible. En outre, les autorités suédoises ne fournissent aucune donnée sur le nombre de Suédois qui contournent les lois en vigueur en se rendant simplement dans des pays proches comme le Danemark , l' Allemagne et les Pays-Bas , où ils peuvent recourir aux services des prostituées en toute légalité.

Le rapport suédois de souvent connu comme le "Skarhed report" , qui dresse un bilan favorable des lois abolitionnistes, a fait l'objet de nombreuses critiques. Celles-ci portent sur son manque de rigueur, son absence de méthodologie scientifique, ses conclusions bâclées basées sur des suppositions et non sur des faits et des données vérifiables, son refus de tenir compte des avis des travailleurs du sexe et le manque de clarté de ses objectifs. En effet, le but initial de ce rapport était non pas de procéder à une évaluation objective des politiques mise en place et de leurs résultats, mais de "réaffirmer la position de la Suède en tant que pays abolitionniste.

Par ailleurs, la prostitution de rue étant en baisse depuis plusieurs décennies, rien n'indique que cette baisse ne soit liée aux lois mises en place en Suède en De plus, le gouvernement suédois ne détient aucune preuve quant à sa réussite en matière de réduction du trafic d'êtres humains a des fins d'exploitation sexuelle. Le dernier rapport Eurostat sur le trafic de personnes, rendu public en mai , indique que le niveau de cette catégorie de trafic est aussi élevé en Suède qu'en Allemagne, pays où la légalisation de la prostitution est accusée d'avoir fait augmenter ce trafic.

En outre, la prévalence de tels trafics en Suède a quadruplé entre et , tandis qu'il demeurait stable en Allemagne. La Suède continue d'être une destination pour des prostituées originaires de Roumanie , d' Albanie et de pays d'Afrique. Les travailleurs du sexe vivant en Suède ont affirmé à plusieurs reprises que ces lois, dont le but affirmé était de les protéger, engendrent des dommages considérables à leurs conditions de vie et de travail. Une autre conséquence néfaste pour les travailleurs du sexe est qu'ils font face à davantage de stigmatisation.

Les sondages d'opinion effectués auprès de la population suédoise indiquent en effet que, si celle-ci est largement favorable aux lois abolitionnistes, une majorité de Suédois pense que les prostituées devraient aussi faire l'objet de sanctions, pas seulement les clients. Ceci montre que la population suédoise n'adhère pas du tout à la vision officielle qui présente les prostitués comme des victimes. La majorité des Suédois considère au contraire que ceux-ci devraient être traites comme des délinquants, à l'instar de leurs clients.

Ces enquêtes d'opinion ont conduit à une incroyable volte-face du gouvernement suédois qui, après avoir prétendu vouloir protéger les travailleurs du sexe par le biais de lois abolitionnistes, affirme désormais que la stigmatisation accrue des travailleurs du sexe est à considérer comme une conséquence positive.

Le 22 juin , le Pro Sentret centre officiel d'aide aux prostituées d' Oslo souligne dans son rapport " Les Liaisons dangereuses " [ 53 ] une détérioration de la situation des travailleuses du sexe de la ville d'Oslo en Norvège. Selon ce rapport, empêcher le commerce de la prostitution en ciblant la demande n'a pas d'effets bénéfiques.

Inspirée de la réglementation de la Suède voisine, la loi Norvégienne de sur la prostitution punit les clients, qui encourent jusqu'à six mois de prison et une amende. La philosophie de cette loi proche de la proposition de loi en France est de considérer que les femmes sont victimes d'un trafic.

La vente de services sexuels est licite, mais leur achat ne l'est pas. Selon le Pro Sentret, la loi norvégienne favorise la violence des clients envers les prostituées car le commerce du sexe se déplace vers la clandestinité. Le mouvement abolitionniste critique cette mesure comme inapplicable dans les faits [ 54 ]. Les clients peuvent être sanctionnés au titre de corrupteurs. Beaucoup regrettent la mise à l'écart d'office d'une possible approche réglementariste.

Cette mise à l'écart est le fruit du lobbying des abolitionnistes auprès des députés de l'Assemblée nationale. Il est certes possible de souligner certaines difficultés rencontrées par les pays réglementaristes, mais la stigmatisation caricaturale faite par les abolitionnistes sont selon le STRASS exagérées et surtout ne mettent pas en avant les avantages de cette conception de la prostitution à savoir:


Amatrice sexe smiley sexe


le sexe prostituée français de sexe